62DF6CCB-52D9-46C9-B1FA-D1978AB08747 Created with sketchtool.

7 conseils pour un crédit immobilier sans encombres

15 août 2019
Il est parfaitement possible d’acheter un bien immobilier « comptant » mais pour la plupart des acheteurs le passage d’un crédit immobilier est obligatoire. Obtenir un crédit pour acheter sa résidence principale, un second bien ou encore un investissement locatif demande de la préparation. Compte tenu du contexte économique favorable au prêt immobilier, les banques ont ces dernières années assoupli leurs conditions : des apports plus faibles, durée de l’emprunt plus longue… De quoi faciliter le crédit immobilier. Pour les banques, accorder un crédit immobilier signifie évaluer un risque, il faut donc constituer un vrai dossier solide et avoir une situation stable et rassurante pour pouvoir l’obtenir. Elles vont se baser sur plusieurs critères pour évaluer la stabilité de futur acheteur comme : les revenus, l’apport, la capacité d’endettement, la capacité à épargner, la profession ou encore la gestion du compte courant. Pour obtenir donc un crédit immobilier, il faut tout d’abord choisir un bien immobilier à la hauteur des moyens de l’acheteur, avoir une bonne gestion de l’argent et une stabilité. Découvrez nos 7 conseils pour obtenir un crédit immobilier sans encombre :

1 – Faire jouer la concurrence entre les banques

Les critères pour obtenir un prêt immobilier peuvent varier d’une banque à l’autre. Certaines banques se focalisent selon leur stratégie du moment, le recrutement de nouveaux clients et peuvent faire des efforts en réduisant les taux. En revanche certaines banques peuvent choyer leurs propres clients mais ne pas se révéler très attractives pour les nouveaux clients. Le projet immobilier et les finances du futur demandeur d’un crédit immobilier joueront sur l’attitude des banques à son égard. D’où l’importance de faire jouer la concurrence pour ainsi voir qui est le plus attractif.

Ne pas se limiter à la première banque qui apportera une réponse positive. Beaucoup de clients n’ont pas ce réflexe de faire jouer plusieurs banques pour ensuite comparer car ils sont souvent pressés par le temps. Une fois une offre de crédit immobilier signée, la loi donne un délai de 10 jours de réflexion. L’acheteur à alors encore la possibilité de revenir sur sa décision ou de voir si il n’y a pas une offre encore meilleure, il peut alors continuer sa comparaison en démarchant d’autres banques sous prise de rendez-vous.

 

2 – Optimiser le coût du crédit

Penser à calculer le coût du prêt permettra ainsi de choisir entre différentes options pour fiancer le projet. La durée du remboursement joue un rôle important dans le calcul des intérêts que l’acheteur devra payer à sa banque. Il est préférable de ne pas emprunter sur plus de 20 ans si l’acheteur ne veut pas voir ses frais de crédit exploser. Il est important donc de faire une comparaison pour garantir un maximum l’optimisation du crédit immobilier.

 

3 – Assurance de prêt

Afin qu’une banque accorde un crédit immobilier, il faut penser à couvrir les risques de non-remboursements de l’argent prêté en fonction de plusieurs critères à simuler. Il faut alors penser à une garantie qui permet une protection qui est obligatoirement demandée par chaque banque pour garantir les risques de non-remboursement. Aussi, l’assurance emprunteur qui est obligatoire en France lorsque qu’un acheteur souhaite faire un crédit immobilier.

Différentes solutions seront proposées par la banque et l’acheteur aura également la possibilité de déléguer ces éléments à une autre société qui proposera des conditions plus intéressantes.

La situation financière et personnelle peut évoluer après la signature de cette offre de prêt, les conditions d’emprunt sur les marchés financiers peuvent fortement changer. Durant la vie d’un crédit immobilier, il n’est pas rare qu’il soit intéressant d’effectuer des modifications afin de réduire le coût en profitant de différentes opportunités. Il est préférable d’adapter les conditions dans le temps en fonction des opportunités du marché et de changements financiers personnels.

 

4 – Soigner le dossier de crédit immobilier

Même si les banques accueillent leurs clients à bras ouverts, cela ne signifie pas qu’elles ne seront pas regardantes et attentives sur la tenue du compte courant de son client. Il faut alors mettre déjà de l’argent de côté, avoir une stabilité professionnelle et personnelle pour montrer à sa banque qu’il y a un quotidien serein. En effet, la situation professionnelle doit être stable pour ne pas faire peur à l’établissement bancaire dont la principale crainte est le non-paiement des mensualités. Avoir un emploi salarié depuis plusieurs années et une pérennité de la situation est un atout mais pas une obligation. Les banques ont aujourd’hui pris conscience de la précarité qu’apporte le marché de l’emploi avec la multiplication des contrats cours, mais plus le quotidien de l’acheteur sera sain plus le crédit immobilier lui sera donné.

 

5 – Agir dans les temps

Toujours dans le souci de gagner la confiance du banquier qui doit être rassuré de la régularité de la démarche de l’acheteur, il ne faut alors pas perdre de temps pour chercher le prêt dès lors que l’acheteur détient entre ses mains le compromis de vente.

Non seulement le temps sera compté pour justifier de l’obtention du prêt auprès du vendeur immobilier, mais le banquier regardera aussi ce délai et s’y appuiera pour se prononcer. Il est généralement de 45 jours, mais peut varier entre 30 et 60 jours. Il faudra alors négocier au plus long !

 

6 – Bien connaître son projet immobilier

Le dernier critère évalué par les banques est la cohérence du projet immobilier souhaité.  Elle va s’assurer que le type de bien, son prix et son emplacement sont pertinents pour l’acheteur et son foyer. Il faut savoir qu’un bien jugé facile à revendre sera un atout supplémentaire qui va rassurer les banques.

 

7 – Anticipez votre reste à vivre et son évolution

Le reste à vivre, c’est ce qui reste sur le compte, une fois payées les charges fixes (factures d’énergie, transport, remboursement des emprunts…), pour l’alimentation, les loisirs et l’épargne. La banque tient compte de ce reste à vivre avant de faire une proposition de crédit à son client pour assurer le quotidien de celui-ci. Ainsi, elle n’accorde souvent pas de prêt s’il se traduit par une mensualité qui dépasse un tiers de vos revenus mensuels.

En pratique néanmoins, les jeunes n’ayant pas toujours une situation financière et familiale stabilisées – ils vont peut-être avoir un enfant ce qui va augmenter les charges incompressibles – les banques peuvent préconiser une mensualité plus basse. Cela peut passer par un allongement de la durée de remboursement.

En d’autres termes, la mensualité proposée par la banque peut ne pas correspondre à la situation personnelle et des habitudes de consommation de son client. Par conséquent, avant d’accepter une offre de prêt, il faut s’assurer par soi-même que le reste à vivre sera suffisant.

 

Pour avoir un crédit immobilier sans encombre il faut donc penser à tout avant de se lancer afin de pouvoir s’assurer un bon dossier auprès de banquier. Plus le dossier sera solide, la situation professionnelle stabilisée et le bien immobilier réfléchi, le crédit immobilier sera accordé.